En France, l’un des plus anciens restaurant de viande est Le Louchébem. Toujours en activité, il a ouvert à Paris dans le quartier emblématique des Halles en 1878. Le mot Louchébem est issu du jargon particulier des bouchers – le largonji – toujours usité dans ce milieu professionnel. Ce restaurant a donné le LA à l’essor des chaînes de restaurant de viande : bistrot, brasserie, steak house… De fait, ils ont grandement évolué proposant dorénavant une large palette de plats. Chaque restaurant cherchant l’idée nouvelle tant au niveau de la présentation que des saveurs afin de se démarquer de l’autre.

De la convivialité

Le principe du restaurant à viande réside dans la simplicité de l’accueil. Un décor avec un thème précis, souvent dans une atmosphère « bonne franquette », toujours avec des produits de haute qualité. Ce concept autorise beaucoup de fantaisie et apporte une grande convivialité. Le client peut être confortablement installé sur une banquette partagée ; il peut être placé devant une immense cheminée où grille toutes sortes de viandes et délicieux rôtis. Les plats peuvent être servis sur ardoise, sur planche. Voire une belle pièce grand format cuite pour deux ou trois personnes à partager. On sort en effet du steak frites, de la souris d’agneau, des grillades et autres.

De la nouveauté

A l’ère ou le véganisme cherche sa place, le restaurant à viande ajoute désormais à sa carte du poisson et aussi du végétal. Ce dernier se taille une bonne place à côté des plats traditionnels. Il reprend ses lettres de noblesse au sein de la restauration et le renouveau des légumes anciens servis croquants à souhait fait de nombreux adeptes. Valorisant une alimentation saine et proposant une carte plus vaste, c’est un large public qui est sollicité. Chacun pouvant trouver ce qui lui correspond!

 

 

0